RSM France
Languages

Languages

Transmission : Prudence est mère de toutes les vertus

Les questions de transmission d’entreprise et de croissance externe sont très proches. L’une comme l’autre étant primordiales dans le développement de l’entreprise, elles nécessitent de respecter un certain nombre de précautions :

Effectuer les diagnostics en amont de la transaction :

Pour le vendeur, cette analyse consiste à déterminer les atouts de son entreprise (produits, marché, concurrence, stratégie, RH, comptabilité…).

Pour l’acheteur, il est nécessaire :
– de connaître les raisons de la vente (le vendeur cherche-t-il à transmettre son entreprise en raison d’un problème de santé, d’une question de donation ?) ;
– d’identifier les forces, faiblesses, menaces et opportunités de la société cible ;
– de créer un business model solide et concret, avec des indications précises sur le secteur, le chiffre d’affaires, les effectifs etc. L’idée étant de démontrer aux banques que l’opération se finance bien, avec des garanties de réussite.

Déterminer la valeur de l’entité transmise :

Le prix correspond à la confrontation entre l’offre et la demande, mais ce qui peut également l’influencer tient à la valeur de l’entreprise (comprenant donc les actifs matériels et immatériels).

Différentes méthodes existent pour déterminer la valeur d’une entreprise : en fonction du patrimoine, de son rendement, ou en effectuant une comparaison avec les autres entreprises du même secteur.

Au total, il faut respecter une certaine chronologie dans les actions et les études de dossiers.
Se faire accompagner par des professionnels demeure plus prudent, particulièrement dans le cas de transmissions complexes, que ce soient en raison de leur taille, de leur organisation, du nombre de leurs filiales ou encore de leurs spécificités.


Christophe Demeure, associé RSM

Découvrez les paroles d'experts sur Objectif ETI