RSM France
Languages

Languages

Et la Start-Up devint licorne

Aujourd'hui, le rêve absolu de nombre de start-up est d'accéder au rang de licorne. A savoir, atteindre une valorisation qui dépasse le cap symbolique du milliard de dollars. Mais cela relève-t-il du fantasme? Rien n'est moins sûr, car les moyens pour y parvenir son disponibles.


Il y a une dizaine d'années, la France rêvait de devenir une terre de prédilection pour les "gazelles". Las! Bien que galopant aussi vite que l'entreprise portée par un taux de croissance remarquable, cet animal était encore loin de symboliser à lui tout seul le parcours auquel prétendent aujourd'hui nombre de créateurs de start-up. Enthousiasmés par les trajectoires d'un Facebook, d'un Uber, d'un AirBnB ou même d'un Criteo, les dirigeants de jeunes pousses se prêtent à rêver à des trajectoires entrepreneuriales dignes d'un Bille Gates ou d'un Steve Jobs.

Le cap du milliard de dollars de valorisation, symbolisé par cet animal fantasmagorique qu'est la licorne, n'est ainsi plus un fantasme : il se trouve parfois à portée de main, y compris pour tous les jeunes pousses n'es en France.


ANALYSER LES FINANCES DE L'ENTREPRISE

Encore faut-il identifier les moyens de parvenir à un tel objectif. En l'espèce, chacun aura sa recette, mais il est des éléments essentiels à garder en tête pour tout start-upper. "Je débute chaque jour en examinant soigneusement nos actions sous le prisme de la finance d'entreprise, témoigne Laurent Hours, directeur financier de Cosmo Tech, un expert lyonnais de la modélisation et de la simulation d'ensembles complexes, né en 2010. Je fais un point facturation et j'analyse les cash-flows, tout en étant au plus près de notre activité et de la façon dont nous pouvons la monétiser, grâce à un contact régulier avec nos forces de vente." Pour ce dirigeant, soucieux d'avancer sur la voie du succès, cash is king obviously!

Cet amoureux de la technologie, pour autant, n'entant pas restreindre la croissance à une question de finance. Chaque jour, il porte son attention sur toute une panoplie de sujets. "En tant que responsable administratif de recrutement, d'organisation et de formation avec les ressources humaines, poursuit-il. De même qu'il me semble indispensable de veiller au bon fonctionnement de l'entreprise au quotidien, en liaison avec l'office manager."


laurent2.png

  TIRER PARTI DE SON ENVIRONNEMENT

  Ces conseils, il est vrai, tombent sous le coup du bon sens. Encore faut-il les mettre en oeuvre scrupuleusement. Et s'ils traduisent la volonté de ce manager d'adopter une organisation sans faille, ils ne sauraient suffire à garantir le succès. En la matière, Laurent Hours avance une autre conviction. "Toute start-up peut tirer parti de son environnement proche, y compris en échangeant avec des partenaires que l'on n'a pas toujours le réflexe de solliciter, affirme-t-il. Les conseils financiers et les experts-comptables sont à même de fournir des feed-back d'autant plus utiles qu'il est inenvisageable pour une start-up de se constituer un board réunissant de multiples talents de la finance, comme un grand groupe peut se le permettre. Pérenniser de tels échanges, c'est s'assurer de gagner en efficacité sur son métier."

Telle est probablement l'une des solutions à privilégier pour qui souhaite prétendre au statut de licorne. Désormais, en France, l'environnement économique offre des connexions multiples dans le monde de la "tech", et chacun trouve naturel de les faire fructifier au moment de porter son projet de start-up.

Alors pourquoi n'en ferait-on pas autant avec les connexions disponibles dans la sphère financière?