RSM France
Languages

Languages

Et la Start-up devint licorne

A l’approche de l’édition 2019 de B2B Rocks, Bertrand Dufour, associé RSM France est allé à la rencontre de Laurent Hours, CFO de CosmoTech pour discuter du rôle essentiel du financier et du financement.

RSM accompagne de nombreuses startups à différents stades de maturité, leurs besoins évoluent très rapidement, leurs interlocuteurs aussi.

Bertrand Dufour — Associé RSM : Laurent, en fonction des étapes de levée (amorçage, série A, série B, série C…), comment évoluent les besoins des startups en matière de financement ?

Laurent Hours — CFO Cosmo Tech : Les séries A, B et C offrent des moyens de financement aux jeunes entreprises qui ne peuvent pas uniquement survivre grâce à leurs fonds personnels ou à la générosité de leurs proches.

En phase d’amorçage, on ne parle que du projet… il n’est pas encore nécessaire de se focaliser sur le financement même si le sujet n’est jamais loin.

En Séries A, les besoins sont un business plan, une vision et du chiffre d’affaires. C’est le moment où on se repose sur un partenaire externe pour les infos financières.

En Series B, un BP, une vision claire des leviers de traction et un CA en croissance soutenue. Il est alors indispensable d’apporter aux investisseurs une vision dépassionnée du projet. Phase pendant laquelle il est nécessaire d’avoir un profil finance en interne, complété par un soutien externe pour accompagner les équipes sur les possibles évolutions de la structure.

Lors d’une Series C, un service finance bien dimensionné et prêt à scaler doit être en place. La chaine de production des informations financières peut être internalisée. En revanche un partenaire externe pour des choix stratégiques (IFRS, …) est indispensable pour accompagner la structuration du département Financier.


BD : En tant que CFO, quelles relations entretenez-vous avec les fonds d’investissement

LH : Les fonds d’investissement demandent de produire des infos dans un délai très court à un rythme mensuel. Un reporting détaillé, un suivi du pipe… Les indicateurs pilotables et mesurables sont privilégiés. Le CFO est là pour accompagner, illustrer la stratégie, la vision portée par les founders, en étant le plus factuel possible : il doit rassurer !

Il gère le cash qui est plus que clé, planifie et va chercher un financement non-dilutif qui sera le vecteur privilégié pour conserver l’ensemble de la liberté d’action.

Chez Cosmo Tech, j’ai par exemple un accès direct aux investisseurs, je co-construis la roadmap du comité d’audit et l’exécute, sur des aspects de risques. C’est extrêmement important pour les actionnaires : la confiance n’exclut pas le contrôle.


BD : Quelle importance donnez-vous à la reconnaissance du Chiffre d’affaires (MRR)

LH : Le MRR (Monthly Reccurring Revenue) est à géométrie variable et nécessite des efforts importants en termes de culture d’entreprise pour les différents services comme dans son suivi et sa communication aux tiers. Ce sujet fait l’objet d’échanges avec le cabinet pour s’assurer de maîtriser les attentes et tendances du marché.


BD : Le développement à l’international doit-il être une priorité ?

LH : Nous sommes nés globaux. L’international est une étape prioritaire pour une startup.

Chez Cosmo nous avons déjà de belles références avec des implantations en Europe à venir en plus des Etats-Unis.

Je confirme que l’on a besoin de partenaires pour y aller et qu’il serait illusoire de croire que l’on peut combler rapidement le gap culturel / local même avec la meilleure des volontés. Bien connaître (et inversement) son partenaire est clé, pour ne pas être ‘lost in translation” dès le départ.

Cosmo Tech est une entreprise globale qui propose une approche unique de modélisation et de simulation des systèmes complexes.

Ces applications permettent aux dirigeants de prendre des décisions optimales sur leurs problématiques les plus complexes. Basée à Lyon et San Francisco, Cosmo Tech emploie plus de 70 collaborateurs et a multiplié son chiffre d’affaires par 4 depuis 2014. Un montant total de 6,7m€ a été levé depuis 2014 pour accompagner sa croissance. Les axes de développement de Cosmo Tech sont la réplication et la multiplication de ses applications industrielles à l’échelle internationale.

Entretien à lire également sur Mediam.com/Axeleo